L’évolution des adresses emails en photographies

adresse-email-01

Avant les réseaux sociaux l’email a été notre première identité en ligne et alors qu’internet n’était pas encore devenu trop sérieux on utilisait des pseudos plus ou moins réfléchis.
Puis avec l’age, les normes sociales qui évoluent et les recherches d’emplois on passe petit à petit à des adresses plus sérieuses, reflétant notre identité officielle.

Lucie Bascoul s’amuse de cette évolution en photographiant et en mettant en scènes des gens en fonction des adresses emails qu’ils ont eu au cours de leur vie d’internaute.

adresse-email-02

adresse-email-03

adresse-email-04

adresse-email-05

adresse-email-06

adresse-email-07

adresse-email-08

adresse-email-09

adresse-email-10

adresse-email-11

adresse-email-12

adresse-email-13

adresse-email-14

adresse-email-15

adresse-email-16

[Via]

11 thoughts on “L’évolution des adresses emails en photographies

  1. concept un peu naze, réalisation du même acabit… cette série ne dégage pas grand chose, ni même d’amusant

  2. L’exercice est sympa ^^
    Mais ce serait peut être encore + judicieux avec des pseudos ou des avatars, où les projections et les décalages doivent êtres encore plus grands.

    Mention spéciale tout de même à [email protected] qui pulvérise le record du mec « hé ouais j’suis comme ça et j’assume total », ainsi qu’à [email protected] pour qui je cherche encore à comprendre le pourquoi du bignou entre les deux photos…

  3. Je dirais au contraire que le concept est marrant, mais qu’il y avait moyen de dégoter des vieux emails carrément plus « dossiers » et de faire une réalisation plus réfléchie et soignée… un peu trop de précipitation suite à l’idée peut etre ? En tout cas merci au maitre de la boite pour le partage.

    1. Je suis d’accord avec cette façon de voir les chose, je trouve l’idée excellente, c’est pour ça que je l’ai partagé, par contre je trouve aussi que ça aurait pu être un peu mieux réalisé :)

  4. Comme si aujourd’hui, l’évolution et la sagesse était caractérisée par la détention d’un MAC. Merci société capitaliste de consommation.

Les commentaires sont fermés.