7 thoughts on “Du parapente en ville

  1. Je sur kiffe cette vidéo. ça fait une semaine que je la regarde en boucle, et cette musique, depuis le temps que je la cherchais et pour ceux qui la cherchent : Radical face – Welcome Home

  2. Je ne peux pas saquer ce genre d’abrutis crâneur qui s’assoient joyeusement sur toutes les règles, sous pretexte d’être fun et assez doués pour contrôler la situation au millimètre. En fait de fun, à se balader au dessus des piscines des notables tout ce qu’on obtient c’est des conseils municipaux qui votent des interdictions de vol ou bien des paysans qui refusent du jour au lendemain de laisser l’accès au décollage, et pour ce qui est du contrôle au milllimètre la dernière vidéo montre bien qu’un parapente ca peut se décaler de 10m en deux secondes au moindre tourbillon. Y en a marre, après il faut négocier sans fin pour expliquer que non ,c’est sans danger et qu’on ne risque pas d’écrabouiller une grand mère en lui tombant sur la tête.

  3. Mais c’est simplement l’évolution d’un sport qui veux ça, je suppose que la parapente n’existait pas avant le parachute et qu’on disait lors de son invention que le parapente était dangereux pour les gens, le bétail, les récoltes et qu’il fâchait les dieux.
    Sinon concernant la vidéo je trouve que c’est ça voler, souvent les gens disent qu’ils aimeraient voler comme un oiseau mais ce n’est pas simplement voler d’un point A à un pont B voler comme un oiseau, C’est aussi pourvoir se poser ou on veux quand on veux, se balader sur une branche avant un grand saut dans le vide, voyager entre terre et air, je trouve la musique un peu trop aguicheuse mais c’est une très belle vidéo qui donne envie de s’initier malgré le chauvinisme certain de quelque pro du domaine…

    1. Ne va pas croire que Kalifour est chauvin, je vais tenter d’éclaircir sa position.
      Il faut savoir que la France est l’un des pays (sinon le pays) où la pratique du parapente est la plus libre au monde : pas besoin de permis ou de lourdes procédures administratives du genre. Par contre l’ouverture d’un site de vol (donc un terrain de décollage + un terrain d’atterrissage) reste soumis à l’approbation de la municipalité où se trouvent ces territoires. Pour encourager les municipalités à accepter l’arrivée de la pratique du parapente, ce sont les associations (clubs) locales qui négocient avec les pouvoirs publiques, avec l’appui de la fédération.
      Sauf que, lorsqu’il y a un accident, ces pouvoirs publiques peuvent légitimement se poser des questions sur la dangerosité du parapente, et parfois ferment le site sans autre forme de procès. Il faut savoir que la pratique du parapente reste souvent fragile en France, et ça arrive (pas si rarement) que des sites ferment du jour au lendemain, parfois à cause d’un accident, parfois à cause d’autres raisons (comme un comportement irrespectueux des pilotes envers le voisinage, ça existe malheureusement).
      Et après, ce sont les clubs locaux qui doivent repartir en négociation avec les municipalités pour rouvrir le site, qui a été fermé à cause du comportement d’une minorité.

      Dans ces vidéos les pilotes font ce qu’on appelle de l’acro (acrobatie) qui doit normalement se pratiquer en milieu « sécurisé » (au dessus d’un lac et au dessus d’une certaine altitude). Là, tout est fait au ras du sol, parfois au milieu du public. Et ne t’y trompe pas : malgré l’apparente facilité qui se dégage de ces vidéos réalisées par des pilotes très doués (il n’y a aucun doute là dessus), en parapente le risque 0 n’existe pas. Une rafale inattendue et c’en est fini du contrôle de la voile, et près du sol c’est très risqué.

      Donc je comprend que des personnes comme Kalifour soient excédées lorsqu’il faut repartir négocier avec la commune pour rouvrir un site qui a été fermé parce qu’un pilote a joué avec le feu pour faire une jolie vidéo.

Les commentaires sont fermés.