Weegee dans l’obscurité des cinémas

weegee-cinema-01

Le photographe américain Weegee s’est rendu en 1943 dans des cinémas américains équipé d’un flash et de film infrarouge, dont la lumière est invisible à l’oeil nu et qui donne cet aspect fantomatique à la peau, pour photographier le comportement des gens alors qu’ils se croyaient à l’abri de l’obscurité.

weegee-cinema-02

weegee-cinema-03

weegee-cinema-04

weegee-cinema-05

weegee-cinema-06

weegee-cinema-07

weegee-cinema-08

weegee-cinema-09

weegee-cinema-10

weegee-cinema-11

weegee-cinema-12

3D Smooch

weegee-cinema-14

Weegee : Murder is my Business

de: Wallis, Brian (Auteur), Meyer, Richard (Avec la contribution de), Portnoy, Eddy (Avec la contribution de), Squiers, Carol (Avec la contribution de), Trachtenberg, Alan (Avec la contribution de)

éditions:

prix: 41,67€

Aller voir

14 thoughts on “Weegee dans l’obscurité des cinémas

        1. Beaufs ? Ma question avait une pointe d’ironie, mais oui je suis surpris de voir des blacks contenu du contexte de ségrégation qu’il y avait.
          Pour ce qui est de spion, on a le droit d’être con-con et de s’intéresser aussi à d’autres choses. Bande de bougres d’ânes !

          1. La ségrégation raciale aux États-Unis concernait seulement les anciens États sudistes ;)

          2. Quid de la localisation des dits cinémas présentés dans les différentes photos ?

    1. Pour le film « Jim The Penman », il fallait des lunettes anaglyphes et c’était en 1915.

  1. Un de mes petits préférés ce Weegee, un pionnier de la photo de reportage et des scènes de vie.

Les commentaires sont fermés.