Le vol maladroit du bourdon

En étudiants des bourdons, les scientifiques se sont aperçus que les bourdons étaient particulièrement maladroits et se cognaient en moyenne une fois par seconde avec un obstacle, que ce soit une plante ou un autre animal.

En s’interrogeant sur cette maladresse ils ont découverts qu’un grand nombre de leurs caractéristiques physiques servaient en fait à répondre à ces chocs répétés.