Une vision anxiogène d’un Londres analogique