La rivière qui coule dans deux océans

partage-eau-riviere-01

« Two Ocean Pass » est une rivière qui porte bien son nom et coule à la fois dans l’océan Pacifique et dans l’océan Atlantique.
Elle se situe aux Etats-Unis dans le Wyoming au milieu d’une foret appelée « Bridger-Teton », elle coule sur quelques kilomètre en suivant la ligne de partage des eaux avant de se séparer à une fourche, à partir de cet endroit là la partie gauche du courant parcourt 5613km, se jetant dans le Mississipi pour finir dans l’océan Atlantique, la partie droite elle parcourt 2177km en rejoignant le fleuve Columbia avant de déboucher sur l’océan Pacifique près de Portland.

partage-eau-riviere-02

partage-eau-riviere-03

partage-eau-riviere-04

partage-eau-riviere-05

partage-eau-riviere-06

partage-eau-riviere-07

12 thoughts on “La rivière qui coule dans deux océans

    1. justement je venais réagir à cela, l’anglais ne différencie pas fleuves et rivières.
      Mais est-ce pertinent de le faire ? En Normandie, il y a de tous petits ruisseaux qui se jettent dans la mer, on les appelle là bas (et sans doute ailleurs) des fleuves côtiers, juste histoire de ne pas se contredire sur la définition de fleuve.
      Je crois qu’on est aussi très ambigus, quand deux cours d’eau se rencontrent et fusionnent, on décide de conserver un seul nom, et pour cause puisqu’ils ne font qu’un, mais on n’est apparemment jamais sûr de la pertinence du choix, surtout s’agissant de choix faits depuis longtemps, et les connaissances ont évolué depuis. Donc qui est fleuve qui est rivière… ce n’est pas forcément très clair.

      1. Quant deux cours d’eau se rejoignent, celui qui a le plus gros débit conserve son nom après la confluence.

        Le problème de ces cours d’eau ne se pause donc pas vu qu’il se jettent dans des cours d’eau plus gros et c’est par le biais de ceux-ci (et sous leur nom) qu’ils atteignent la mer: ce ne sont pas des fleuves.

      2. En principe c’est l’altitude de la source qui détermine qui est qui, mais il y a beaucoup d’exceptions à cette règle… Notamment le couple Loire/Allier.

  1. Il existe un cas semblable plus proche : A Pompaples , en Suisse , le Nozon a été détourné pour alimenter le Moulin Bornu. Elle tombe ensuite dans un bassin qui porte le nom de « Milieux du Monde »: une partie de l’eau qui en sort reprends son cours naturel pour s’écoulé dans le Talent puis l’Orbe et continuer ainsi dans le bassin versant du Rhin jusqu’à rejoindre la Mer du Nord . Une autre partie a été détourné pour alimenté les douves du château de La Surraz et le surplus s’écoule ensuite dans la Venoge et continuer ainsi dans le bassin versant du Rhône jusqu’à rejoindre la Méditerranée . En détournant le Nozon , on l’a donc forcé à se retrouvé sur la ligne de partage des eaux au niveau du Moulin Bornu.

Les commentaires sont fermés.