Pourquoi les spaghettis se coupent en 3 morceaux à 250 000 img/s

Quand vous tenez un spaghetti par les deux bouts et que vous le pliez il se coupe toujours en 3 morceaux ou plus, contrairement à un bout de bois.

Ce phénomène a longtemps été mystérieux et à engendré pas mal de recherches scientifiques.

Smarter Every Day l’a filmé à 250 000 images par seconde pour comprendre les raisons qui poussent le spaghetti à se briser de cette façon.

6 thoughts on “Pourquoi les spaghettis se coupent en 3 morceaux à 250 000 img/s

  1. Alors ça… ça c’est vraiment, mais vraiment une information d’utilité publique… je dis bravo au bonhomme pour s’être enfin penché sur cette épineuse question du cassage de spaghettis…
    On se rapproche de la Grande Question sur la vie, l’univers, et tout le reste. 42 n’a qu’à bien se tenir.

    1. Ce genre de vidéo peut donner le gout de la science, c’est déjà pas mal !
      Et puis c’est qd mm marrant et mystérieux

  2. Hormis le besoin très humain de connaissance, et y compris de connaissance « pour rien » – dites-moi donc à quoi sert la connaissance sur les dinosaures, sur les pharaons, sur le rayonnement du corps noir (ah si : le rayonnement du corps noir a permis d’inventer la cellule photo-électrique et par la suite de faire d’immenses progrès en physique quantique, ouvrant la voie à l’invention du laser, mais des années plus tard et sur le moment Einstein qui a eu un prix Nobel pour ça, n’en savait rien…-, hormis tout ça donc, l’auteur de la vidéo précise que l’étude des pâtes qui se cassent intéresse bigrement les ingénieurs du pétrole parce que les pipelines, dans des conditions de gel extrême, ont tendance à se casser exactement de la même manière.

    Dans le même registre, Pierre-Gilles de Gennes, le Nobel français, a longtemps travaillé sur la raison pour laquelle les pâtes, ça colle quand ça cuit, et sur le problème de savoir si le yaourt et la confiture sont des solides ou des liquides, dans les trois cas il s’agit de comprendre le fonctionnement des gels, entre autres ça sert à savoir comment fonctionne le monde, ce qui objectivement ne sert à rien et c’est tant mieux comme ça. Anecdotiquement, les découvertes de Pierre-Gilles de Gennes ont servi à inventer des colles pour les ales des avions, que donc désormais on ne rivette plus mais qu’on colle !

    Alors un grand merci au Maître de la Boîte pour cette vidéo à la fois rigolote, fascinante et passionnante…

    Avec juste un regret : on y explique *comment* les pâtes se brisent, mais pas pourquoi : ce sera pour un prochain prix Nobel !

Les commentaires sont fermés.