[Mystère #62] Impact d’un éclat de peinture sur un hublot de la navette spatiale

Space_debris_impact_on_Space_Shuttle_window

-Le gagnant :

mmd a été le premier à trouver la réponse, Anthony a fini de donner les détails.

-La réponse :

Il s’agit de l’impact laissé par un morceau de peinture flottant dans l’espace lorsqu’il a rencontré le hublot avant de la navette spatiale Challenger lors de la mission STS-7 en 1983.

36 thoughts on “[Mystère #62] Impact d’un éclat de peinture sur un hublot de la navette spatiale

  1. Impact sur une vitre de la navette après un retour de mission. De mémoire il s’agit d’un impact sur Challenger, la taille de l’objet qui a touché une vitre de cette navette était estimé à moins de 5 cm et certainement un gros débris de peinture…

  2. Une poussière de craie sur un tableau noir? Il me fait penser aux photos vues au London Science Museum, lorsque j’étais haute comme trois pommes

  3. Je dirais que c’est un impact. Au début j’ai pensé à une balle sur une vitre pare-balle. Mais j’ai l’impression que la forme ne correspond pas exactement, et ça serait trop facile. Donc je dirais vaguement que c’est un impact soit objet inconnu sur verre, soit balle sur une matière minérale différente du verre.

  4. Je dis probablement de sacrées bêtises, mais ça serait pas un cyclone ou un essai nucléaire vu de haut?

  5. c’est un banc de poisson se faisant attaquer par un oiseau marin, type un cormoran ou juste une mouette ?

  6. Eclat sur un engin spatial effectivement c’est un éclat dû à un morceau de peinture. Un navette est revenu sur terre avec cet impact en 1983.

  7. C’est surement la vue aérienne d’un essai nucléaire en mer, la flotte doit être derrière les barres noires.

  8. ça ressemble plutôt à un test fait pour simuler l’impact d’un débris spatial en orbite. (Je me souviens avoir vu ça dans un des exemples présenter par mon professeur lors d’un cours consacré aux orbites.)

  9. on utilise même plus les balises Spoil ? Moi j’ai pensé tout de suite à une vue satellite du continent plastique, mais rien sur google image ne semble correspondre…

  10. C’est l’impact d’une météorite sur un hublot la navette challenger. L’image est de 1983. On peut trouver la réponse via une recherche assez simple dans google une fois qu’on a identifié l’aspect de l’impact (objet sur verre) et déduit l’épaisseur du verre (très abimé mais pas totalement brisé). Les vols habités étant a 99% américains et les seuls a avoir une hyper documentation photographiques sont toujours les états unis. en cherchant : « damaged window shuttle » on tombe direct sur la réponse. Les bandes noire sur l’image de la boite verte masquent le nom de la mission et l’échelle.

  11. Il y a un vortex, cela tourne vite, mais à quelle échelle ? On soupçonne une macrophoto.
    Je pense à la trace d’un projectile en forte rotation qui aurait transpercé la surface d’un liquide…

  12. Ce n est pas une météorite mais un débris spatiale (une tache de peinture) qui a endommagé la fenêtre de la navette spatiale lors de la mission STS-7 (Photo: nasa – bureau du programme des débris orbitaux)
    La nasa a ouvert ce bureau en 79 pour commencer a étudier le problème des débris spatiaux qui aujourd’hui sont des millions autour de la terre.

  13. Ils ont pensé à appeler olivier de chez C**glass. Ah mais non, l’impact est plus grand qu’une pièce de 2 €.. XD

    1. non, il est plus petit, il y a l’échelle sur la photo !

      Olivier aurait donc pu faire quelque chose !

  14. Juste pour signaler que les vols habités n’étaient pas à 99% américains (132 vols de navette). Le vaisseau Soyouz associé à son lanceur est utilisé sans interruption depuis 1967 (115 vols) et est à ce jour l’engin spatial habité le plus fiable de tout l’histoire de la conquête spatiale. La photo aurait donc très bien pu être celle d’un hublot de Soyouz. En revanche, le point sur lequel didouph a raison, c’est que les Russes ont très peu communiqué sur leurs missions spatiales durant les années 60-80 à l’inverse des américains qui en on fait un objet médiatique. Pour l’anecdote, Korolov, père des fusées russes était inconnu en Russie avant sa mort !

Les commentaires sont fermés.