Dans les rues de Londres en 1880

En 1880 la « Society for Photographing Relics of Old London » a été créée pour photographier les bâtiments de Londres qui allaient êtres détruits pour moderniser son urbanisme.
Les longs temps de pose nécessaires à cette époque rendent la ville vide, à l’exception de quelques personnages immobiles.

30 thoughts on “Dans les rues de Londres en 1880

  1. La ville vide rend le tout très déstabilisant, mais le pire c’est quand on compare le cliché avec l’état actuel après reconstruction, avec Little College street [la 5e] ça donne ça. Le seul point commun entre les deux clichés sont le nom de la rue et St. John’s church au fond. Merci pour cette série !

  2. @dpc pour la photo n°5 ce n’est pas little college street mais college street/dowgate hill et l’église ce n’est pas St.John’s church mais St. Michael’s Paternoster Royal ;)
    Voila un blog qui explique tout ça avec photo avant/après:

    http://britishlibrary.typepad.co.uk/pointsofview/2010/03/london-1870s-and-now-17-college-hill-the-city.html

    et un autre avec toute les explications des photos etc….

    http://www.racollection.org.uk/ixbin/indexplus?_IXACTION_=file&_IXFILE_=templates/full/person.html&_IXTRAIL_=&person=17010#works

    ps:J’ai découvert la boite verte il n’y a pas très longtemps et depuis je ne peut plus m’en passer .

    1. Tu me rassures ! Pendant un moment j’ai cru à une version londonienne de la place des Fêtes. Merci pour les liens je vais potasser ça.

  3. Ouf, on a eu chaud ! Sans cette rénovation urbaine, Londres serait aujourd’hui la plus belle ville d’Europe, et notre pauvre Paris serait derrière. On peut toujours compter sur le bon goût anglais pour tout saloper.

    1. sans compter qu’à mon avis, le Blitz de 1940 a quand même du aussi faire du mal à l’architecture de Londres…

  4. Says than tecnology is a good idea, but if the tecnology and advance provides other lost paradise then: « advance will be going a great problem ».

    1. Visuellement peut-être. Mais je pense que dans les quartiers pauvres, la vie ressemblait plus à celle d’un bidonville.

      1. well without the continuous coal dust and wood fire smoke. These pictures look like they are taken at a rock concert.

  5. Beautiful pictures. What I would like is to know names of street as I cannot identify them just seeing it.

  6. Les imatges son impressionants. Caldria viure en elles ( a les fotos), per a entendre moltes (amb dieresi) questións, de la vida dels anglesos a l’epoca victoriana.

    M’han arribat al cor.

  7. Certaines photos montrent des taudis immondes où je n’aurais pas promené mon chien (en plus que j’en ai pas ). Dans l’ensemble je vois partout du smog, de la fumée de bois et de charbon qu’on utilisait à l’époque pour se chauffer. D’ailleurs je vois aussi partout des planches de travers, des portes et des fénètres qui ferment mal. Il fait froid et ça pue selon moi. En plus ça devait être dangereux et effrayant.

    Dans les villes à l’époque, en France aussi, la criminalité était le double voire le triple des pires coins en Europe aujourdhui. Si les gens avait souvent une canne ou un baton, ce n’était pas pour faire joli ou parce qu’il étaient handicapés, non, c’était pour se défendre. Ce qui est étonnant ce n’est pas les exploits de l’éventreur, c’est qu’on les ait remarqué dans le massacre quotidien.
    Trouver ça joli et regretter …c’est genre demander s’ils prennent l’apéro comme dans le film « camping », à des réfugiés sous tente. C’est pas grave, mais je trouve important de replacer les choses à leurs places. Désolé. Hugo et Dickens, Balzac et Zola ne forçaient pas tellement le trait ; moi j’aime bien quand ces univers là disparaissent en refermant le bouquin.

Les commentaires sont fermés.