Les portraits de Pierre Gonnord

Pierre Gonnord est un photographe français qui vit à Madrid et réalise ces superbes portraits, plus de photos sur son site.

Portraits: Portraits

de: GONNORD, PIERRE (Auteur)

éditions:

prix: 18,90€

Aller voir

25 thoughts on “Les portraits de Pierre Gonnord

  1. Superbes expressions très frontales, j’aime bien cette soit-disant neutralité de la pose. Néanmoins un peu gênée par les aspects techniques, les photos me paraissent trop vertes, et sur certaines il y a comme un lissage partiel assez étrange et un assombrissement bizarre (l’homme barbu et le jeune homme plus bas, démarcation nette sur son oreille), on dirait que l’auteur a oublié de combiner correctement ses masques dans photoshop?

    1. Je suis tout à fait d’accord avec toi, et pour avoir vu des tirages exposés en vrai ils avaient les memes défauts donc ça vient pas des images sur le web, je trouve ça aussi dommage …

  2. Comme je connais rien en retouche photos, je trouve tous ces portraits superbes (y compris ceux du site de l’auteur)

  3. franchement là je vois la beauté des « gueules », de la qualité photo, un vrai plaisir à regarder.
    cool ;)

  4. La qualité esthetique de ces clichés est étonnante. Le regard des modéles est troublant. Tout ceci est conforme a ce que decrit l’artiste dans l’introduction de son site à savoir que l’expression et le regard sont agissent comme des revelateurs de l’histoire des hommes et des sociétes.

  5. Hop op : Pardon .Tu fais bien sûr ce que bon te semble .
    Je pense que Pierre Gonnord a gardé ces teintes pour garder un lien avec les peintres anciens , tel Ribera , qui rajoutaient des reflets verts- mauves à leurs portraits à des fins expressives .
    Le résultat est ici extraordinaire .
    On ne dira plus désormais un  » portrait Goyesque  » Mais un « portrait à la Gonnord  » pour designer ces modèles qui nous rappellent que l’Espagne reste différente .

  6. Je pense que des retouches visibles à ce point sont voulues et assumées. Mais j’ai du mal à ne pas faire une fixette dessus.

  7. C’est vrai pour la colorimétrie, pourquoi pas, après tout les peintres procèdent aussi de la sorte. Pour les sortes de lissages ternes et bizarrement placés, là ça me laisse plus perplexe quand même, c’est étrange. Mais cette étrangeté est peut-être volontaire effectivement, on ne fait pas un tel travail photographique pour le publier à la légère.

  8. les photos sont belles, maintenant c’est une technique plutot classique (à l’époque de cs2):
    – add new layer: channel mixer:
    red 58 g34 b28
    mode multiply ou overlay
    shadowlighting
    – sur un autre layer: il joue en dodge/burn avec les yeux.
    l’ensemble permet d’augmenter violement le microcontraste local (technique initialement utilisée en photo de mode avant d’avoir son heure de gloire dans le photojournalisme avec un nombre de parution dans le time et ng utilisant ça assez terrible).

    Voilà on aboutit à du blabla technique, raison pour laquelle lorsqu’on retouche il faut cacher les ficelles, je trouve donc dommage -même si la dernière photo est superbe- de laisser paraitre les petits trucs…
    un peu comme un portrait de Deneuve où la maquilleuse aurait fait le raccord sur le menton laissant apparaitre une peau « ^mûre » au niveau du cou

  9. wahou super bizarre
    je trouve aussi que sa gestion des ombres et lumières, de la colorimétrie de la peau, sont super étranges mais c’est certainement voulu. C’est déroutant, ca a de l’effet…
    Par contre ce qui me gène c’est le manque d’homogénéité de ces effets… on dirait qu’il a testé un rendu différent sur chaque image…
    je ne suis pas fan !

  10. On est souvent troublé de l’hyper-réalisme de portraits dont on pourrait croire que ce sont des photos; or il y a manifestement dans ces photos une rigueur empruntée au domaine de la peinture, à l’art du portrait, notamment, lorsque les grands peintres suppléaient à l’appareil photo. C’est troublant…

Les commentaires sont fermés.