Les Femmes de l’Avenir – 1902

Cette série de cartes imaginant l’avenir des femmes dans différentes professions a été éditée par l’imprimerie A. Bergeret de Nancy en 1902.

10 thoughts on “Les Femmes de l’Avenir – 1902

  1. Ça ressemble plus à un délire ‘filles en uniformes ».
    Rien n’a changé depuis un siècle.
    Je ne sais pas s’il faut en rire où en pleurer.

  2. à part la première qui a un truc dans le slip !!!! c’est vrai que c’est surtout une histoire d’uniforme d’homme retravaillé pour mettre en valeurs les formes de ces dames…. mais c’est quand même bien vu pour certain. en gros l’avenir de la femme c’était de ressembler d’avantage aux hommes. tiens je crois reconnaitre segoléne roy…ah non je me trompe c’est pas elle.
    par contre on peut souligner l’intérêt porté au sujet à cette époque ! comme quoi mieux vaut s’y prendre tôt, quand on voit le chemin qu’il nous reste à parcourir pour arriver à une considération de la femme qui soit digne.
    tom

  3. Elles ont toutes un petit coté effronté, hardi et coquin . Normal : ce sont des modèles qui posent pour satisfaire le fantasme des hommes de l’époque : une femme sexy dans son allure et dominatrice par sa fonction .
    Louise Michel ou Marie Curie existaient déjà pourtant . Mais elles ne remplissaient pas cette double fonction .
    Michel Sardou reproduisait dans les années 80 le même fantasme masculin sur les ondes :  » fêêêêmmes des années 80 qui ont réussi l’amalgame de l’autorité et du châââârme ….  » .
    Rien n’a changé .

  4. Pour une partie des photos, on voit que « la femme » ne peut parodier le rôle de l’homme qu’en étant nettement plus dévêtue (même si ça reste sage: la femme de l’avenir a prévu la vogue du débardeur). Et il est vrai que c’est stupéfiant de voir ce fantasme de « femme de l’avenir » docteur ou étudiante alors qu’il y en avait déjà. Quant à zouave métier d’avenir…

    1. Les noms de fonctions et de métiers sont toujours au masculin. Les genres grammaticaux ne sont pas sensibles aux sexes des individus, c’est comme ça et puis c’est tout.

Les commentaires sont fermés.