Le temps n’a pas d’effet sur les Happy Meal de Mc Donalds

La photographe Sally Davies photographie tous les jours un hamburger d’Happy Meal avec ses frittes achetés le 10 Mai 2010 et prévoie de continuer ses photos jusqu’à ce que quelque chose se passe, au cours des 137 derniers jours le menu de Mc Donalds n’a pas bougé.

Elle pourra continuer ses photos pendant longtemps, un blogeur a gardé son sandwich depuis 1996 :

Et en bonus un Cheeseburger dans de l’acide chlorhydrique :

( Via )

8 thoughts on “Le temps n’a pas d’effet sur les Happy Meal de Mc Donalds

  1. Loin de moi l’idée de dire que McDo c’est bon pour la santé mais je trouve le test légèrement ridicule. Les patates cuites à l’huile, le pain et la viande ont sèchés, la seule chose que cela peut faire c’est durcir et c’est tout. Ce sont des aliments qui pourriront que si vous les humidifiez… Il n’y a, en plus, aucune sauce dans ce burger. Faites donc le test chez vous avec le même type d’aliment et vous verrez que vous obtiendrez la même chose et cela ne sera pas passé chez McDo… Est ce à dire que vous aurez produit de la mauvaise bouffe ? Non.

    Maintenant, se nourrir uniquement de patates, pain et viande n’a jamais été bon. Il faut des légumes, des fruits, du poisson, etc.

  2. Mc do c’est de la merde, ça m’empêche d’y manger de temps en temps.

    Quant au fait qu’on puisse faire ce test avec des aliments maison, c’est faux. Patates fraîches, pain frais et steak du magasin du coin, se transformeront en très peu de temps en de gros coussins de champignons dégueux. Et heureusement d’ailleurs, puisque ce cycle naturel est fondamental pour nourrir la chaîne alimentaire, à laquelle tout être vivant de la planète appartient.

    C’est comme ça. Si vous n’y croyez pas, vous pouvez regarder le test qu’avait fait le réalisateur de « Super Size Me » en comparant justement la vitesse de décomposition d’hamburgers provenant de différents restaus. Tous se recouvraient très vite de moisissure. Tous sauf un : celui de mc do.

    Et n’allez pas croire non plus qu’on digère entièrement ces conservateurs, non, le corps les assimile à tel point qu’aujourd’hui nos collectivités sont bien embêtées, lorsqu’elles constatent que nos dépouilles mortels ne pourrissent plus. Très gênants pour trouver ensuite de la place pour les suivants. Désolé c’est un peu glauque, mais bon, c’est la vie ! :p

Les commentaires sont fermés.