La règle d’or dans There Will Be Blood

5 thoughts on “La règle d’or dans There Will Be Blood

  1. Idem : la moitié des exemples sont évidents et s’appliquent dans la majorité des films un peu bien faits (règle des tiers, etc.) et le reste, c’est du pipeau total… Je parie que si je dessine une spirale sur la homepage de laboiteverte, y’aura des éléments qui vont s’aligner dessus. Mais ça ne veut pas dire que ce sont les bons éléments, les points et les lignes de force, etc.

  2. C’est vrai que ca parait un peu bidon, mais bon puisque il s’agit d’un des films les mieux cadré de tout le temps on peut avoir un doute qd meme

  3. Hébé les commentaires :-))
    Je tombe par hasard sur ce vieux postage et apparemment les collègues de commentaire n’ont jamais entendu parler de la spirale de Fibonacci !
    Et c’est pas tout le monde qu’est cap. de l’intégrer correctement, c’est-à-dire en en faisant un objet narratif, dans une photographie ou un film.

  4. On peut avoir entendu parler ou avoir étudier les suites (et la spirale) de Fibonacci…, et avoir un esprit critique.
    En l’occurrence, le montage est élégant mais un peu (voir complètement) « bidon »:
    En dehors de la quête du « nombre d’or », il existe au cinéma, des règles de cadrages et de mises en scène (acquises par expérience, puis théorisées) qui participent intuitivement, d’une part d’une meilleure lecture de la part du spectateur; d’autre part d’une meilleure appréciation de l’esthétique de chaque plan.

    Exemples classiques :
    – Une meilleure lecture: le sujet d’une photo est souvent mis en évidence par sa situation au centre de l’image (évident).
    – Une meilleure appréciation esthétique: une répartition en trois parties égales d’un paysage.

Les commentaires sont fermés.