La danse des gouttes de colorants

Des chercheurs de Stanford viennent, après trois ans de recherches, de publier dans Nature un article qui explique le comportement étrange que peuvent avoir des gouttes de colorant alimentaire.

Ils avaient observé que des gouttes de couleurs similaires semblaient se retrouver et fusionner alors que des gouttes de couleurs différentes se poursuivaient et se repoussaient.

Après de nombreuses expériences ils ont découvert que ces comportements venaient du fait que les gouttes de colorant sont composées d’un mélange de propylène glycol et d’eau dans différentes proportions, ce qui donne aux gouttes des tensions superficielles et des vitesses d’évaporations différentes et qui leur permet d’interagir ensemble comme on peut le voir dans cette vidéo très graphique.

liquid-1

liquid-2

liquid-3

liquid-5

8 thoughts on “La danse des gouttes de colorants

  1. Poisson d’avril de Nature ? On dirait plutôt de la stopmotion. Les gouttes vertes qui s’alignent devraient fusionner ! La tension superficielle ne permet pas aux gouttes éloignées de se déplacer à ce point ! Je vais creuser, ça pourra peut-être me servir en cours, merci maître !

  2. Payer pour avoir un article de 1er avril (publié le 11 mars) ? Pas sûr.
    Pour les gouttes vertes, il semble que les traits noirs soient des rainures ou des séparations un peu moins hautes que les gouttes, la polarité des mélanges faisant peut-être l’alignement.
    Ce qui maintient les gouttes non miscibles en fonction de leur couleur (différenciant une composition eau-propglycol différente) semble être leur tension de vapeur différente.

  3. Je suis assez partant pour le poisson d’avril, je ne pense pas que des différence de concentration en propylène glycol empêche les gouttes de fusionner au contact les unes des autres, mais des solvants non miscibles peuvent faire l’affaire (le colorant servant plutôt à brouiller les pistes et mettre de la couleur dans tout cela).

    1. Il me semble que les effets de la tension superficielle ou de surface interface, sont toujours dépendants des contacts entre 2 corps, si la concentration d’un agent dans les colorants peut faire varier les forces de cohésions moléculaires, dans ces colorants, alors je pense qu’il est possible qu’ils ne se mélangent pas uns à uns.
      Après au niveau chimique je ne sais pas comment c’est possible, j’imagine que le nombre d’atomes de l’agent en question dans les molécules du colorants peut varier, alors les forces de cohésions doivent pouvoir augmenter au diminuer.

      Tout ça en considérant que lorsque deux fluides ont des tensions superficielles asse différente, alors chez un des deux fluides, cette tension peut être asse forte empêcher le mélange.

      1. Ce qui m’a troublée, c’est que ces gouttes se déplacent alors qu’elles sont loin des unes des autres sur les plaques de verre. Y-a-t-il un solvant (incolore) déposé auparavant sur le verre ? et pourquoi toutes les gouttes du 1er film s’arrêtent sur une ligne ? Champ électrique en plus ? Ou inclinaison de la plaque ? Ou ??

Les commentaires sont fermés.