Fitz W. Guerin : du portrait affriolant à la mise en scène romantique