Dismaland, le parc d’attractions de Banksy

bansky-dismaland-01

Banksy vient de construire dans le plus grand secret à Weston-super-Mare, une station balnéaire au sud-ouest de l’Angleterre, Dismaland un parc d’attractions qui parodie les Disneyland et qui rassemble les oeuvres de plus de 50 artistes internationaux ainsi que des performances, des projections et des concerts pendant les cinq semaines où il restera ouvert.

bansky-dismaland-02

bansky-dismaland-03

bansky-dismaland-04

bansky-dismaland-05

bansky-dismaland-06

bansky-dismaland-07

bansky-dismaland-08

bansky-dismaland-09

bansky-dismaland-10

bansky-dismaland-11

bansky-dismaland-12

bansky-dismaland-13

15 thoughts on “Dismaland, le parc d’attractions de Banksy

    1. C’est pas « cool » c’est politique comme toutes initiatives de Banksy : se reporter éventuellement au dictionnaire pour lire la définition exacte du mot « politique.

      1. Banksy ne fait pas de politique, il est dans une forme publicitaire de dénonciation aussi pauvre que le système qu’il combat. Tout ce discours est apparence, aussi inutile, superficielle et néfaste qu’une vulgaire pétition. Car Banksy, ce n’est pas un artiste, c’est une société, et croire que cette société combat réellement le capitalisme dont il dépend, c’est être dupe. Banksy est un pur produit de la société de consommation, et ceux qui pensent qu’il crée une quelconque alternative ne connaisse rien aux affaires réellement politique.

        « Comme la société du moyen Âge s’équilibrait sur Dieu et sur le Diable, ainsi la notre s’équilibre sur la Consommation et sur sa dénonciation. Encore, autour du Diable pouvaient s’organiser des hérésies et des sectes de magie noire. Notre magie, à nous, est blanche, plus d’hérésie possible dans l’abondance. C’est la blancheur prophylactique d’une société saturée, d’une société sans vertige et sans histoire, sans autre mythe qu’elle même. »
        Jean Baudrillard, – la société de consommation -, Editions Denoël, 1970.

        1. ptdr ! (pas la peine de me censurer, j’ai pas spécialement envi d’ergoter avec le futur BHL néanmoins je trouve son poste amusant)
          Ca fait 3 ans que je passe sur le site et j’ai spécialement créé un compte pour lui répondre. Quel manque de considération.

          1. Cela fait 3 ans que je consulte ce site et c’est de loin le commentaire le plus intéressant que j’aie jamais lu.

      2. Tu peux aussi lire le livre de Jean-Marie Durand « Le cool dans nos veine ». Il y explique l’histoire du cool. Tu y trouveras d’ailleurs un chapitre intitulé « comment politiser le cool ».
        Voilà, bonne lecture.

      3. Et alors ça peut pas être à la fois politique et cool ?
        Il y a bien des trucs qui sont politiques et chiants, je ne vois pas pourquoi la combinaison opposée ne serait pas possible.

        1. Ça peut être joyeux, ludique, marrant, amusant, frivole, épatant, réjouissant, épanouissant, plaisant, agréable, hilarant, grisant, jovial, youpitant… j’en passe et des meilleurs :-)) « Cool » ne comporte pas la moindre nuance, ingrédient devenu insipide à force d’usage.

  1. Tartes à la crême pour tout le monde!!!!

    Pro BHL et anti BHL, pro Banksy et anti banksy…

    Et quand je dis tarte à la crême je veux dire dans le sens premier de la définition phylologique du terme, pas sa version politisée décrite aux éditions pif le chien 2012. Non non aucun paradygme gonzo-politique ou je ne sais quel mot tarabiscoté, et quand je dis tarabiscoté, je ne vous induit pas en erreur avec une biscotte je parle toujours d’une vraie tarte à la crême avec la pate brisée et la crême fouettée…point.

    Bisous.
    Dicamion Pouet-Pouet !

Les commentaires sont fermés.