Cause décès sur Le Bon Coin

causedeces-leboncoin

La jeune artiste française Marion Balac avec l’aide technique de Constructions Incongrues ont créé le site cause-deces.biz

Son principe est très simple : il interroge régulièrement le site Le Bon Coin en extrait l’image et fait un lien vers tous les objets qui sont à vendre sur le site avec la mention « cause décès » dans l’annonce.

Comme elle le dit si bien :

Chaque objet recèle sa part d’ambiguïté : une valeur affective, esthétique et utilitaire réinvestie dans un processus de marchandisation.
La vie continue. Tout doit disparaître !

16 thoughts on “Cause décès sur Le Bon Coin

  1. – surement à l’encontre des cgu de leboncoin.fr
    – « artiste » … mieux vaut lire ça que d’être aveugle hein…

      1. Sincèrement, il faut arrêter les prétentions à être artiste pour un simple projet ! Lorsque je faisais un bout d’études de design, nous avions des projets, étions-nous pour autant des artistes ?

          1. @LBVlaboiteverte:disqus , @zutalors : On ne va pas rentrer dans un débat stérile, mais le statut d’artiste est plus que subjectif. La définition même de l’artiste c’est être artiste aux yeux de l’autre, non à ses propres yeux. Question d’humilité et de respect pour l’art en lui même. C’est une vision, et elle est bien évidemment personnelle.

            PS : J’ai été voir son site avant d’écrire mon premier commentaire, si ses dessins et autres projets relèvent plus pour moi de l’idée d’artiste, il n’en demeure pas moins que son projet relatif à Leboncoin reste quelque peu limité dans la démarche ainsi que dans la réalisation. J’entend par là, qu’encore une fois on ne peut être artiste simplement en se déclarant en tant que tel. Peut-être est-ce tout blanc ou tout noir alors, et qu’à ce moment là nous sommes tous artistes, ou bien que personne ne l’est.

            Je rajouterai également que son projet/oeuvre n’est pas pour autant dénué de toute démarche intellectuelle, au contraire. Simplement on ne peut appeler ça de l’art. Il faudrait trouver plutôt un nouveau mot pour ces ‘oeuvres’ qui sont parfois à part, et ce pour une grande partie de l’art contemporain.

          2. Entre exprimer son goût (j’aime/j’aime pas), et avoir la prétention de s’improviser critique ou historien de l’art, il y a un fossé que Fal_a_fel n’hésite pas à franchir allègrement…

          3. La question n’est évidemment pas de savoir si c’est de l’art ou si ça n’en est pas ; la question est de savoir si c’est bon ou mauvais. Là moi je pense que c’est mauvais.
            Je trouve qu’internet a apporté aux artistes une facilité et un sens de l’à propos servi sur un plateau qui font que certains travaux sont un peu courts sur pattes. Sur ce travail précisément, on est dans l’à propos incongru assez anecdotique ni plus ni moins selon moi.

          4. Ca me rapelle le livre L’Oeuvre d’Émile Zola votre querelle. Comme quoi les humains radottent.

          5. Tu oublies la démarche de Marcel Duchamp, qui fait de l’objet déjà fait (ready-made) une oeuvre d’art. Son intervention d’artiste réside uniquement dans l’acte de désigner tel objet comme oeuvre d’art. Les démarchent artistiques sont toutes différentes, ici nous sommes dans le relevé, la série, le collectage, les traces d’un parcours.

          6. Je suis entièrement d’accord. Justement, ne pourrions-nous pas appeler ça autrement que oeuvre d’art ? Il y a des projets où la majeure partie réside dans la démarche intellectuelle autour de l’oeuvre, et non dans l’oeuvre elle-même. C’est juste ça que je voulais éclairer.

        1. En même temps, il y a une légère différence entre dessiner des chaises et travailler à des idées, quand bien même il s’agit de regroupements virtuels comme içi ( il y a d’autres exemples sur son site.) Chacun est libre de créer ce qu’il veut, et « artiste » n’est pas à ce que je sache un statut descendu du ciel. Sinon, merci pour cette gentille remarque réac’.
          Moi j’aime beaucoup ce boulot. C’est très sensible. Merci la boite !

Les commentaires sont fermés.