Samuel Morse : le code, le télégraphe et les meilleurs tableaux du Louvre

Samuel Morse - 1840
Samuel Morse en 1840

On connait l’américain Samuel Morse ( 1791-1872 ) pour le télégraphe, mais il ne l’a pas complètement inventé et l’histoire est pleine de controverses :

Samuel Morse n’a pas inventé le télégraphe : 50 ans auparavant (1793), le télégraphe optique de Chappe permettait la transmission de dépêches à des centaines de lieues.

Il n’a pas non plus inventé le télégraphe électrique : Soemmerring, Steinheil, Gauss et Weber en Allemagne, Ampère en France, Schilling à Saint-Pétersbourg, Richtie et Alexander en Écosse, Wheatstone en Angleterre, avaient déjà trouvé des solutions pour transmettre des messages à l’aide de l’électricité.

Son apport a été de rendre le procédé plus facile avec des appareils plus simples d’utilisation, de permettre la transmission sur de plus grandes distances grâce à des relais ( une idée de Leonard Gale ) qui amplifiaient le signal électrique et de populariser son usage grâce à une bonne promotion s’appuyant sur une série de démonstrations de plus en plus spectaculaires.

Samuel Morse avec un télégraphe - 1857
Samuel Morse avec un télégraphe – 1857
Le télégraphe original de Morse
Le télégraphe original de Morse
Un télégraphe de Morse
Un télégraphe de Morse

On le connait aussi pour le code Morse et l’utilisation de signaux longs, courts et des silences pour transmettre des messages, mais là aussi l’histoire est plus compliquée.

La première idée de Morse était de ne transmettre que des chiffres qu’il était ensuite possible de transformer en phrases en les faisant correspondre avec les mots d’un dictionnaire.
C’est son assistant Alfred Vail qui eut l’idée de rajouter au code des lettres et des caractères spéciaux pour qu’il soit utilisé plus facilement.
C’est aussi Vail qui eut l’idée, lors de la visite d’une imprimerie, d’utiliser les séries les codes les plus courts pour les lettres les plus fréquemment utilisées en anglais.
C’est pour cette raison que le « e » est « . » alors que le Q est  » – – . – « .

Le code Morse original qui sera appelé « américain » n’est pas non plus celui utilisé de nos jours, en 1848 l’allemand Friedrich Clemens Gerke modifia une bonne partie des lettres pour adapter l’usage à l’Allemand, c’est cette forme légèrement modifiée qui deviendra le standard international officialisé à Paris en 1865.

compraison-morse

Mais bien avant ces aventures technologiques Samuel Morse était avant tout un peintre :

Autoportrait de Samuel Morse - 1812
Autoportrait de Samuel Morse – 1812
Le bocal à poisson rouge avec la famille de Morse - 1835
Le bocal à poisson rouge avec la famille de Morse – 1835
Susan Walker Morse
Susan Walker Morse
La mort d'Hercules
La mort d’Hercules – Samuel Morse
The Chapel of the Virgin at Subiaco - 1830
The Chapel of the Virgin at Subiaco – 1830

Il a aussi peint de nombreux portraits de personnalités :

James Monroe ( 5ème Président des USA ) - 1819
James Monroe ( 5ème Président des USA ) – 1819
Marquis de Lafayette
Marquis de Lafayette

En 1831 lors d’un voyage en Europe, comme qu’il n’y avait pas vraiment encore de musées aux États-Unis et que les reproductions en couleur de tableaux y étaient encore rares il entreprend de créer une peinture intitulée « La galerie du Louvre » pour montrer le meilleur de la peinture de la Renaissance à ses compatriotes américains.

Il recherche dans les collections du musée parisien les 38 oeuvres qui lui semblent les plus importantes et représentatives puis il les reproduit dans un tableau de 2 x 3 mètres et les met en scène dans une galerie aux murs ocres occupée par des visiteurs qui font des croquis, discutent ou qui reproduisent des oeuvres.

Il passe plusieurs années à réaliser le tableau, venant au Louvre dès l’ouverture et déplaçant une plateforme d’oeuvre en oeuvre pour en avoir une meilleure vue quand elles étaient accrochées en hauteur.

morse-galerie-louvre

Son plan est alors d’organiser une exposition aux États-Unis en faisant payer l’entrée, mais cette idée n’eu pas un grand succès et il du vendre la peinture pour une somme modeste.

C’est lors du voyage de retour sur le bateau qu’il a l’idée de sa version du télégraphe.

Mais là aussi il est loin d’être le premier à réaliser une telle oeuvre, vers 1750 un peintre italien très bien nommé Giovanni Pannini réalise une série de peintures sur le même principe dont « Galerie de vues de la Rome antique » qui montre une galerie imaginaire remplie de tableaux et d’oeuvres avec des personnages qui les admirent et une représentation de la collection d’art du Cardinal Silvio Valenti-Gonzaga.