Reconnaître l’humain dans des amas de tiges

Anthony Gormley (précédemment) crée ces silhouettes faites d’accumulations, qui sont basées sur des expressions de son propre corps.

Après des cubes, des polyèdres cuivrés ou des plaques de métal, il s’attache à reproduire les postures de ses personnages à l’aide de tiges organisées de différentes façons.

Il explore ainsi la relation entre le corps humain et l’espace, avec cette recherche de la reconnaissance de la forme humaine dans ce qu’elle a de plus nu.