Les plumes du paon et leurs couleurs au microscope

plume-paon-microscope-01
Waldo Nell

Les plumes du paon et la façon dont on les voit ont une propriété assez intéressante.

Les superbes couleurs irisées bleues et vertes que l’on voit sur les plumes de paon, ici prises en photo au microscope avec des grossissements qui varient entre 50 et 100 fois, ne sont pas dues contrairement à plupart des couleurs qui nous entourent à l’absorption de la lumière.

Normalement quand vous regardez quelque chose la couleur que vous voyez est le résultat de l’absorption d’une partie de la lumière blanche par cet objet qui ne renvoie qu’une partie du spectre lumineux jusqu’à votre oeil.

Si il n’y avait que ce phénomène les plumes du paon seraient toutes d’un banal marron.

Les couleurs vives que l’on voit sont dues à la couleur structurelle, c’est à dire qu’à leur surface se trouve des structures physiques microscopiques qui perturbent la façon dont la lumière se réfléchit sans l’absorber.

Dans le domaine animal (par exemple sur les plumes d’oiseaux et les écailles de papillons) la lumière est brouillée par une gamme de jeux de lumière comme des réseaux de diffraction, des miroirs sélectifs, des cristaux photoniques, des fibres à cristal, des matrices de nanocannaux et des protéines de configuration variable.

Cette explication des couleurs du paon a été noté pour la première fois par un certain Isaac Newton avec Robert Hooke.

plume-paon-microscope-02
Michael Maggs – Paon Indien
plume-paon-microscope-03
Waldo Nell

plume-paon-microscope-04

plume-paon-microscope-05
Waldo Nell
plume-paon-microscope-06
Waldo Nell

plume-paon-microscope-07

plume-paon-microscope-08

plume-paon-microscope-09
Waldo Nell
plume-paon-microscope-10
Johan J.Ingles-Le Nobel
plume-paon-microscope-11
Forcément au microscope électronique c’est moins coloré.