[Mystère #138] Le grappin pour repêcher des câbles sous-marin brisés en 1929

One of the Great Eastern's grappling hooks.

-Le gagnant :

Bravo à Avatar qui a gagné en ayant lut l’article de Slate où j’avais trouvé l’image.
Et merci à Claire qui m’a rappelé que j’avais déjà parlé du bateau sur lequel la photo a été prise, et qui a trouvé une grosse erreur.

-La réponse :

En 1929 il existe déjà deux douzaines de câbles de communications sous-marins dont quelques uns transatlantiques qui permettaient d’envoyer des télégrammes d’Europe aux Etats-Unis et vice-versa.
Le 18 novembre de cette année un séisme de magnitude 7.8 secoua le Canada et provoqua trois tsunamis avec des vagues de deux à sept mètres qui ont touchés la côte et qui ont fait 28 victimes.

Une des victimes collatérales de ce désastre fut la destruction de douze câble sous-marin en 28 endroits qui se croisaient juste au dessus de l’épicentre à 400km de la côte.

Tous les navires câbliers disponibles sont réquisitionnés et se lancent dans des réparations d’une ampleur gigantesque.

En mesurant la résistance du câble depuis la côte, les compagnies de télécommunications évaluaient approximativement l’emplacement du point de rupture (1.200 ohms indiquait une rupture à 600 miles de là). Elles envoyaient alors le câblier draguer les hauts fonds à la recherche des deux bouts du câble, marquer le premier avec une bouée, remonter le deuxième à bord, poser un morceau tout neuf et retourner vers le premier pour compléter la connexion. Le tout sans GPS évidemment. Avec 28 points de rupture comptabilisés, la mission des câbliers relevait de l’exploit logistique.

En 1995, J.C.S. Bloomer rendait compte dans le Canadian Geographic du travail herculéen accompli en quelques mois par les équipages de ces navires:
«Imaginez que vous deviez travailler sous un vent violent et glacial, positionner un bateau à 100 mètres près en utilisant la navigation céleste quand la visibilité le permet (à l’instinct quand elle ne le permet pas), essayer de retrouver un câble de 2.5 cm de diamètre enterré dans la vase et qui a pu être déplacé sous l’effet du séisme, l’attraper avec un grappin fixé à une ligne de remorquage de 6 km de long, remonter ce câble sur plus de 5 km sans l’abîmer d’avantage, et le tout sans aucune des technologies d’aujourd’hui.»

Slate

Il fallut 9 mois aux 8 navires pour tout réparer.

On voit sur la photo un de ces grappins, à bord du Great Eastern qui participait à la réparation.

Je vous conseille de lire toute l’histoire chez Slate.

[Edit] Dans les commentaires, Claire m’a fait remarquer que le Great Eastern a été commissionné 30 ans avant ces évênements, je pense donc que la photo a bien été prise sur ce bateau, que c’était bien un grappin qui servait à ce genre de travaux, mais celui-ci n’a surement pas servit dans ces circonstances particulières.