[Mystère #127] Auguste Piccard et Paul Kipfer avant le premier vol stratosphérique

mystere127

-Les gagnants :

LE premier à avoir trouvé qui sont les personnages et l’histoire de la photo est Gurvan, Sylvie et Toto ont un point bonus pour avoir trouvé ce qu’ils ont sur la tête ainsi qu’à chachashire pour sa théorie alternative.

-La réponse :

On voit sur la photo Auguste Piccard et sa famille avec Paul Kipfer juste avant le premier vol en ballon qui atteindra la stratosphère à 15 781m, ils posent devant la capsule et portent sur la tête des casques en osiers sencés les protéger des secousses créés par Mme Piccard.

Le récit du vol :

En 1929, Auguste Piccard (qui a fait son service militaire en Suisse dans une unité d’aérostiers), alors professeur de physique à l’Université libre de Bruxelles (ULB), remet un projet au Fonds national de la recherche scientifique (F.N.R.S) récemment créé à l’initiative du roi Albert. Il consiste à explorer la stratosphère en ballon à gaz. Le projet, qui nécessite 400 000 francs belges, reçoit un accueil favorable. L’engin est immédiatement mis en chantier. Il consiste en un ballon sphérique de 14 130 m³ rempli d’hydrogène et une cabine sphérique de 2,10 mètres de diamètre. L’enveloppe du ballon est en coton peint en jaune (Chloramine FF d’IG Farben) pour absorber le rayonnement solaire. Complètement gonflé, à l’altitude maximum, c’est une sphère de 30 mètres de diamètre. La capsule sphérique, en aluminium, fait 3 millimètres d’épaisseur et est équipée de huit hublots de 10 centimètres de diamètre et deux trous d’homme de 46 centimètres de diamètre. Étanche, sa pression interne sera celle d’une altitude de 1 500 mètres. Elle est peinte en noir d’un côté, en blanc de l’autre afin de pouvoir réguler la température en changeant son orientation au Soleil grâce à une hélice externe. Elle est prévue pour deux aéronautes, l’équipement scientifique pour mesurer la pression, la température et le rayonnement cosmique, et le lest nécessaire à la navigation. Le ballon fut fabriqué par la société A. Riedinger, Ballon-Fabrik A.G. d’Augsbourg ; la nacelle par les Établissements Georges L’Hoir à Liège. Afin de survivre dans cette nacelle étanche, le dioxyde de carbone était absorbé par un appareil de type Dräger à chaux sodée, et l’équipage répandait régulièrement de l’oxygène liquide sur le sol de l’habitacle pour compenser son absorption (sous forme de CO2 par l’appareil).

Une première tentative de décollage fut effectuée le 14 septembre 1930, mais la météo se gâta pendant les préparatifs et le projet dut être reporté.

La seconde tentative a lieu à Augsbourg, le 27 mai 1931. Le départ est prévu pour 5 heures 30, juste avant le lever du Soleil, mais, suite à une erreur, le ballon part un peu avant 4 heures, peu de temps après l’embarquement d’Auguste Piccard et de son coéquipier, Paul Kipfer. Rapidement, les ennuis s’accumulent : ils doivent réparer l’appareil à oxygène qui a été endommagé lorsque le vent s’est levé pendant la nuit. De même, ils éprouvent des difficultés à fermer un orifice qui a été déformé lorsque la cabine a été chahutée. Celle-ci n’est plus étanche et perd l’oxygène nécessaire à leur survie dans la stratosphère. À 4 heures 25, moins d’une demi-heure après leur décollage, ils sont à 15 500 mètres. Ils sont montés à 555 mètres par minute, 33 kilomètres par heure ; avec les ennuis qu’ils ont rencontrés, ils n’ont pas eu le temps de faire beaucoup de mesures durant l’ascension. Mais, ça y est, ils y sont. Ils sont les premiers êtres vivants à accéder à la stratosphère. Les études scientifiques commencent. Il fait calme, l’air est limpide, le ciel est bleu foncé, tirant vers le violet. Ils lâchent encore un peu de lest pour flirter avec les 16 000 mètres (le record sera homologué à 15 781 mètres). À 6 heures 35, ils s’aperçoivent que la commande de la soupape qui devait leur permettre de redescendre en libérant de l’hydrogène est coincée à cause d’un cordage qui aurait dû être libéré au décollage, ils vont devoir attendre la baisse de température de la nuit pour redescendre. Plus tard, c’est le système qui devait permettre de réguler la température à l’intérieur de l’habitacle en présentant le côté sombre ou le côté clair au Soleil qui tombe en panne, et la température monte dangereusement ; ayant emporté trop peu d’eau, ils risquent la déshydratation. C’est finalement à 21 heures, après 17 heures de vol, qu’ils atterriront sains et saufs, à 1 950 mètres d’altitude, sur le glacier de Gurgl, près de Sölden au Tyrol (environ 46° 49′ 49″ N 10° 59′ 34″ E). Après une nuit passée près de la nacelle, ils rejoindront les habitants du village partis à leur recherche. Leur retour à la civilisation est triomphal et Auguste Piccard recevra la Légion d’honneur.