Les premières photographies en light painting

La technique photographique du light painting qui consiste à prendre en photo un objet lumineux en pose longue pour observer son mouvement n’est pas neuve, Man Ray ou Picasso par exemple ont expérimenté avec ses possibilités artistiques.

Mais bien avant eux elle a servi avant tout à permettre de visualiser et d’enregistrer des mouvements dans le cadre de la recherche scientifique.

A la fin des années 1880 Étienne-Jules Marey se sert de la chronophotographie pour étudier le mouvement de ses sujets, pour cela il colle des bandes et des points réfléchissants sur leur corps habillé d’une combinaison noire et réalise de multiples expositions successives sur la même image pour décomposer le mouvement :

chronophoto

En 1889 ses deux assistants, Georges Demenÿ et Édouard Quénu, remplacent les expositions successives par une seule pose longue et réalisent ainsi probablement la première photographie en light painting et en décrivent le sujet ainsi « marche pathologique vue de face, rendue visible grâce à des bulbes incandescents fixés aux articulations » :

premiere-image-light-painting

En 1914, les américains Frank et Lilian Gilbreth travaillent à la Society for the Advancement of Management de Chicago et reprennent l’idée en fixant des lumières sur les mains de travailleurs en usine ou d’employés de bureau pour étudier et optimiser leurs mouvements de façon à améliorer leur productivité.

Gilbreth-premier-first-lightpainting-01

Gilbreth-premier-first-lightpainting-02

Gilbreth-premier-first-lightpainting-03

Gilbreth-premier-first-lightpainting-04

photolightpainting-01

photolightpainting-02

Gilbreth-premier-first-lightpainting-05