Les pièces sténopés avec vue d’Abelardo Morell

Abelardo Morell place son appareil photo dans des pièces sans lumière à part pour un petit trou dans un mur, sur le principe du sténopé, une image se forme à l’envers sur le mur opposé et il prend cette image en photo avec des temps de poses pouvant durer plusieurs heures.

Avec cette technique il obtient d’un coup, directement à la prise de vue, des images qui donnent l’impression d’avoir été réalisées avec des surimpressions ou en effectuant des retouches numériques.

Plus tard il a commencé à placer un objectif devant le trou de façon à obtenir une image redressée et plus précise.

Voici une vidéo sur laquelle on voit comment Abelardo Morell travaille :

Vous pouvez également retrouver ces images dans ce livre :

Abelardo Morell - The Universe Next Door

de: Elizabeth Siegel, Brett Abbott, Paul Martineau

éditions: Yale University Press

prix: 38,22€

Aller voir
  • djiti

    sur certains clichés ça fait une super déco !!

    super trouvaille

  • hugo

    Mais comment fait-il pour avoir des images à l’endroit ?

    • D’après une interview que j’ai lue il utilise un objectif avec un prisme spécial pour redresser, me suis aussi posé la question pendant un bon moment …

    • Stéphane ADAM

      On la retourne.

  • Pierre Lesieu

    Quelle ingéniosité !….cela fait de superbes images…de la décoration virtuelle !

  • génial ^^ je vais tenter !

  • Pour redresser l’image, je pense que c’est le même genre de prisme utilisé dans les jumelles. La difficulté doit être de trouver des lentilles à grande distance focale à priori de la largeur de la pièce !

  • Tiro

    Super travail.
    Je me suis moi-même amusé, il y a quelques temps, à fabriquer mon sténopé géant. J »ai réalisé une boite de 1m/cube afin de pouvoir me mettre dedans :D

    J’envisage aussi de le faire avec une caravane, afin de pouvoir en faire profiter les amis et de pouvoir changer de lieu d’observation. D’autant plus que cela renvoi directement au mythe de la caverne de Platon.

  • Stéphane ADAM

    Toute mon enfance. C’était la guerre. Les fenêtres étaient occultées par des stores de papier noir que mes parents refermaient pendant ma sieste. Par un trou d’usure, toute la rue ensoleillée, tête en bas, se projetait sur le mur face à moi. Magique !

  • AMie

    wow Stéphane ADAM ! ça devait être magique en effet !
    C’est limite incroyable les résultats de ce dispositif !!!

  • C’est excellent comme idée… et le résultat est bluffant !!!

  • kalifour

    sur la deuxième photo en partant du bas, comment il a fait pour obtenir des oreillers bien blancs?