Les pfeilstorch, des cigognes à flèche

Pfeilstorch-cigogne-fleche

On appelle du mot allemand Pfeilstorch des cigognes blessées par des flèches lors de leur hivernage en Afrique et qui reviennent en Europe en ayant survécu, la flèche toujours figée dans leurs corps.

Il y a environ 25 cas qui ont été documentés.

La première et la plus connue est une cigogne blanche qui a été découverte en 1822 à côté du village allemand de Klütz et qui portait une flèche de 80cm provenant d’Afrique centrale fichée dans son cou avec laquelle elle avait fait le voyage du retour.

Elle a été empaillée avec sa flèche et on peut la voir dans les collections de l’Université de Rostock.

Les cigognes à flèches, et plus particulièrement celle-ci, ont joué un rôle très important dans la compréhension de la migration des oiseaux, jusqu’à cette époque personne ne savait vraiment où certaines espèces d’oiseaux disparaissaient durant l’hiver.
Devant ce mystère, les théories les plus folles ont été élaborées dans les siècles précédents comme l’idée qu’elles hibernaient au fond des rivières, ou encore qu’elles s’envolaient vers la lune.

Grâce à la présence de cette flèche, on a enfin eu un indice probant qui a permis de commencer à comprendre le fonctionnement des migrations.