Les gravures nerveuses aux lumières ciselées de Gérard Trignac

Gérard Trignac a tout d’abord été formé à l’école d’architecture de Bordeaux jusqu’en 1978 et on le ressent dans ses gravures très fouillées aux bâtiments implacablement conçus.

La technique qu’il emploie est celle de l’eau forte.

Contrairement à la gravure directe où on emploie des outils pour creuser une plaque de métal, l’eau forte se fait en deux temps. Un vernis à graver est étendu sur la plaque qui va recevoir la gravure puis l’artiste dessine dessus à l’aide d’une pointe de métal qui l’enlève de la surface.

Un acide est ensuite versé sur la plaque et il creuse les parties découvertes (Le mot « eau-forte » était autre fois le nom de l’acide nitrique dilué qu’on employait pour ces gravures). La plaque obtenue est ensuite utilisée pour l’impression sur papier comme pour les autres types d’estampes.

Le rendu de chaque trait est extrêmement fin et donne ces croisillons subtils, d’une grande richesse en matière de nuances de lumières et de textures.