Les coulisses du saut dans le vide d’Yves Klein

coulisse-saut-vide-klein-01

L’artiste plasticien français Yves Klein est avant tout connu pour ses peintures monochromes d’un bleu auquel il aura donné son nom mais il a aussi réalisé un certain nombre de performances, dont « Le Saut dans le vide », photographie qui le montre en train de s’élancer du haut d’un bâtiment comme s’il allait s’envoler.

L’image a été réalisée après des répétitions, le 19 octobre 1960 rue Gentil-Bernard à Fontenay-aux-Roses dans le sud-ouest de Paris, les photographes Harry Shunk et John Kender sont présents pour immortaliser la scène.

Plusieurs sauts sont réalisés par Yves Klein qui se réceptionne sur un matelas soulevé par un groupe d’assistants, les photographes prennent ensuite des photos de la rue vide, même si un vélo apparaît parfois à droite, et les deux images sont combinées dans un photomontage réalisé en chambre noire.

La photographie est publiée dans le journal « Dimanche« , créé par Yves Klein et qui n’a eu qu’un seul le numéro le 27 novembre 1960, sous le titre « Un homme dans l’Espace ! ».

coulisse-saut-vide-klein-02

klein-saut-autres-01

klein-saut-autres-02

coulisse-saut-vide-klein-04

coulisse-saut-vide-klein-05

klein-dimanche

Yves Klein : Corps, couleur, immatériel

de: Camille Morineau

éditions: Centre Georges Pompidou

prix: 719,39€

(1)
Aller voir
  • A que Pomped’eup

    J’aime bien cette photo. Pourtant à chaque fois que je suis mené à considérer
    le travail de Yves Klein, Marcel Duchamp et al., je finis toujours par me
    demander si ils nous prenaient tous pour de sacrés bouffons! Quand on réalise
    que le gars a sus faire carrière en badigeonnant de peinture des femmes à poils
    pour les aplatir sur des toiles et en « inventant » une nouvelle
    couleur… Il devait quand même y avoir une sacrée équipe de peckno derrière
    pour les encourager et édifier ce travail – qui reste tout bonnement risible,
    tel une bonne farce faite à la société!

    • A que Pomped’eup

      J’anticipe l’arrivée des Bescherellophiles: *péquenaud or encore pécnot

      • I’llgrowasatree

        Une chose est certaine : il ne faut pas négliger l’importance de l’humour dans l’art contemporain.

    • Vincent S

      Oui, il ne faut pas négliger l’humour dans tout ça. Après vous avez déjà vu un monochrome bleu de Klein ? Il y en a à Beaubourg, ils les sortent parfois. C’est (sérieusement et sincèrement) extraordinaire, aucune reproduction ne peut rendre l’effet de vertige que l’on ressent devant ces toiles.

      • A que Pomped’eup

        Oui je travaille dans ce milieu. Je suis accoutumé à voir ses monochromes,
        ses antropomorphies etc.. Vous avez raison tout de même, son travail est beau –
        même s’il est facile de penser que c’est simpliste a trop en voir régulièrement.
        Il a beaucoup répéter cette technique (mais quel artiste ne le fait pas, une
        fois qu’il a identifié son style?) Due à son époque, on le retrouve souvent aux cotés de Lucio Fontana pour qui je ne peux me débarrasser d’un grand dédain.
        Quel qu’il en soit, je reste partiel dans mon penchant pour le primitif, je vous invite à voir des œuvres de Louyse Moillon –
        difficile de ne pas tomber en contemplation!

        • Clo

          Louise Moillon ? Penchant pour le primitif ? Ces deux choses ne vont pas ensemble. Sa peinture n’a rien de primitive, elle est tout ce qu’il y a de plus classique, académique, très beau certes, mais totalement inintéressant.
          Personnellement, je préfère les artistes peintres qui à partir 20ème siècle changent radicalement les codes de la peinture, tel que Klein et Duchamp, comme tu les cites et tant d’autres encore. Le résultat n’est pas toujours fabuleux aux yeux de tout le monde, je l’accorde, mais au moins, derrière il y a une vraie réflexion, un vrai questionnement de l’art et de la vie.
          La peinture académique est très belle, mais il n’est question que de maitrise technique, pas de réflexion artistique et c’est bien dommage.

          • Pomped’eup

            J’utilise le terme ‘primitif’ dans l’usage qu’en fait Ernst Gombrich (en d’autres termes, préférence pour l’ancien, l’antécédent, le ‘classique’).
            Ensuite, je ne pense pas qu’on puisse parler d’académique au temps de Moillon (debut 17eme S.) mais presque
            d’artisanat..
            Chaque période tend à changer radicalement la précédente dans l’histoire de l’art.. Les premières natures mortes étaient considérées comme blasphème, car sujet mondain.. Courbet et son Origine du monde, déjà un demi-siècle avant Klein.. Chaque mouvement est une réponse à celui qui précède.. Il faut faire attention dans son appréciation des choses et éviter le déterminisme radical.. Dire qu’il n’y a pas de réflexion artistique derrière la peinture des maitres du 17eme ou même de la peinture académique (?) n’a pas grande valeur à mes yeux..
            D’ailleurs, pour revenir dans le vif du sujet, je vous propose de regarder cette video du ‘travail’ de Klein: https://www.youtube.com/watch?v=dyOm2c815fQ

  • Jean-François Nussbaumer

    Ce n’est pas Yves Klein et Marcel Duchamp qui sont a incriminer. Mais tous les ploucs qui refont les mêmes choses, utilisent les mêmes idées depuis des décennies. Ils sont légions et eux, vraiment, se foutent du monde. Klein, Duchamp et pas mal d’autres artistes à l’époque étaient vraiment des pionniers.

    • NonmaisOH

      Encore un commentaire qui brille par la subtilité de l’annalyse. À défaut de travailler, et d’apprendre, certains se complaisent dans la caricature, et l’ignorance. Une simple lecture régulière de l’excellente revue Les cahiers du Mnam mais aussi d’Art Forum ou encore de Mousse, pour ne citer que ces trois supports, vous permettrait de comprendre à quel point l’art, dans ce qu’il peut produire de meilleur, n’est pasce que vous imaginez (par facilité, pour ne pas dire paresse). Si seulement vous pouvez nous épargner vos réflexions débiles !

      • Pas la peine de s’énerver non plus, il a le droit d’avoir son avis :)

  • Renard_Sacripan

    Un petit tour sur streetview, et je m’aperçois qu’en lieu et place du « saut dans le vide » a été édifiée une ravissante chapelle moderne, consacrée à Sainte Rita, patronne des « causes désespérées »…
    Ca ne s’invente pas, voilà qui doit plaire à l’ami Yves

    • A que Pomped’eup

      Comme la vie se pare d’un delicieux sarcasme parfois..mmmmh

    • quelqu1

      Yves Klein travaillait beaucoup sur la réification et l’anti-réification de ses oeuvres, donc je pense qu’il s’en tamponnerait totale qu’il y ai une église en face maintenant.

  • quelqu1

    Je chipote peut-être mais ce n’est pas  » une performance » , c’est ce qu’on appellerait aujourd’hui  » une image performer « . C’est un document fabriqué (non ce n’est pas un oxymore, un document est loin d’être objectif et Yves Klein, Duchamp et beaucoup d’autres, jusqu’à nos jours travaillaient et travaillent encore la-dessus en art.) , et le temps à montré que ça à pas mal bien fonctionné.