Le premier (auto)portrait photographique

Robert Cornelius (1809–1893) est un photographe américain né aux Pays-Bas, intéressé par la chimie, il travaillait à améliorer le daguerréotype lorsqu’il prit ce portrait de lui même devant la boutique familiale au mois d’octobre 1839.
Cette photo est à la fois le premier portrait et le premier autoportrait photographique.

Mise à jour :

André Gunthert me signale dans les commentaires et sur twitter que je me serais trompé, l’erreur prenant racine dans les péripéties qui ont entourés l’invention de la photographie.

Hippolyte Bayard a inventé en 1839 un procédé photographique en positif direct ( comme le Polaroid ) à la même époque que Daguerre inventait le daguerréotype, deux techniques photographiques différentes étaient donc inventée en France séparément à quelques jours d’intervalle, mais pour des raisons d’amitié, de technologie et de politique l’état français reconnut quasi-exclusivement le daguerréotype.

Pour exprimer sa frustration Hippolyte Bayard en octobre 1840 se met en scène en noyé sur une photographie :

Hippolyte-BAYARD-1801-1887-Autoportrait-en-noye-1840-

Je comptais vous parler de cette image plus tard car il s’agit là de la première mise en scène ou fiction photographique.

Mais j’ignorais que pour inventer son procédé photographique puis réaliser cette image, Hippolyte Bayard a fait des tests, qu’il a consignés dans un carnet, et parmi ces essais on trouve des portraits qu’il a réalisé de lui même au printemps 1839, soit 6 mois avant le portrait de Cornélius :

Le premier (auto)portrait photographique est donc français et a été réalisé par Hippolyte Bayard mais pour réaliser ces portraits il fallait des temps de pose dépassant l’heure, l’innovation de Robert Cornelius a été de diminuer ce temps à quelques minutes et donc de faciliter la prise de portraits.

 

  • Les plus anciens autoportraits sont français! Ils ont été réalisés par l’expérimentateur pionnier Hippolyte Bayard, dont on connaît le célèbre « Noyé » (1840, http://www.flickr.com/photos/gunthert/105704728/ ), et qui teste l’autoportrait sur papier positif dès le printemps 1839, avant la commercialisation du daguerréotype (août 1839), dans son album d’essais, aujourd’hui conservé à la Société française de photographie ( http://www.flickr.com/photos/gunthert/6240327916/ ).

    • Merci, j’ignorais l’existence de ces albums d’essais, j’espère avoir bien corrigé.

      • sacamol

        Y’a pas un mélange entre 1839 et 1939 ?

      • Indeed! Le temps de pose des premiers autoportraits de Bayard, qui sont des petits formats, devait être plus vraisemblablement compris entre 10 et 20 mn – ce qui est déjà à la limite du supportable en termes de pose…

        Le procédé daguerréotype (à image latente) est nettement plus rapide, et permet de réaliser des petits formats en quelques minutes. A noter que l’auteur des plus anciens portraits photographiques par ce moyen n’est autre que …Daguerre, qui en réalise dès 1837 (voir http://www.etudes.photographie.com/divers/portrait.html )

    • Nicephore Niepce 1826!

  • Baz

    J’imagine l’extase des ce messieurs devant leur premier portrait !

  • Paco

    Cadeau au cher maitre de la boite : http://abstrusegoose.com/408

  • Boul

    L’état français n’a pas choisi de reconnaître seulement le daguerréotype, il l’a acheté à l’ami Daguer dans un soucis d’accessibilité à l’appareil pour un plus large public. Conscient de l’avancé technologique que ça représentait, la France en a fait « don à l’humanité ».

  • riton

    L’autre point fort de la photo d’Hippolyte Bayard est que c’est la première fiction photographique. La photo était pensée comme un moyen objectif de peindre la réalité. Cette photographie démontre qu’il n’en est rien.