Le guide de construction des lettres de Joris Hoefnagel

Hoefnagel-typographie-police-construction-lettre-01

Joris Hoefnagel (1542 – 1600) est un enlumineur qui a marqué l’histoire de l’Art néerlandais en officiant dans la période de transition entre l’enluminure médiévale et la peinture de nature morte de la Renaissance.

A la fin de sa vie il a reprit un livre sur la calligraphie de Georg Bocskay publié 30 ans plus tot et y a ajouté ces illustrations qui montrent sur une grille la géométrie à réaliser pour former une typographie reprenant les lettres de l’alphabet à la fois en majuscule et en minuscule et des symboles courants.
Il accompagne sur chaque page ces informations utilitaristes avec des illustrations et des passages bibliques qui s’accordent avec chaque lettre.

Hoefnagel-typographie-police-construction-lettre-02

Hoefnagel-typographie-police-construction-lettre-03

Hoefnagel-typographie-police-construction-lettre-04

Hoefnagel-typographie-police-construction-lettre-05

Hoefnagel-typographie-police-construction-lettre-06

Hoefnagel-typographie-police-construction-lettre-07

Hoefnagel-typographie-police-construction-lettre-08

Hoefnagel-typographie-police-construction-lettre-09

Hoefnagel-typographie-police-construction-lettre-10

Hoefnagel-typographie-police-construction-lettre-11

Hoefnagel-typographie-police-construction-lettre-12

Hoefnagel-typographie-police-construction-lettre-13

Hoefnagel-typographie-police-construction-lettre-14

Hoefnagel-typographie-police-construction-lettre-15

Hoefnagel-typographie-police-construction-lettre-16

Hoefnagel-typographie-police-construction-lettre-17

Hoefnagel-typographie-police-construction-lettre-18

Hoefnagel-typographie-police-construction-lettre-19

Hoefnagel-typographie-police-construction-lettre-20

Hoefnagel-typographie-police-construction-lettre-21

Hoefnagel-typographie-police-construction-lettre-22

Hoefnagel-typographie-police-construction-lettre-23

Hoefnagel-typographie-police-construction-minuscule-symbole-01

Hoefnagel-typographie-police-construction-minuscule-symbole-02

Hoefnagel-typographie-police-construction-minuscule-symbole-03

Hoefnagel-typographie-police-construction-minuscule-symbole-04

Hoefnagel-typographie-police-construction-minuscule-symbole-05

Hoefnagel-typographie-police-construction-minuscule-symbole-06

Hoefnagel-typographie-police-construction-minuscule-symbole-07

Hoefnagel-typographie-police-construction-minuscule-symbole-08

Hoefnagel-typographie-police-construction-minuscule-symbole-09

Hoefnagel-typographie-police-construction-minuscule-symbole-10

Hoefnagel-typographie-police-construction-minuscule-symbole-11

Hoefnagel-typographie-police-construction-minuscule-symbole-12

Hoefnagel-typographie-police-construction-minuscule-symbole-13

Hoefnagel-typographie-police-construction-minuscule-symbole-14

Hoefnagel-typographie-police-construction-minuscule-symbole-15

Hoefnagel-typographie-police-construction-minuscule-symbole-16

Hoefnagel-typographie-police-construction-minuscule-symbole-17

Hoefnagel-typographie-police-construction-minuscule-symbole-18

Hoefnagel-typographie-police-construction-minuscule-symbole-19

Hoefnagel-typographie-police-construction-minuscule-symbole-20

Hoefnagel-typographie-police-construction-minuscule-symbole-21

  • IsLaz

    Superbe ! Il n’y a pas que les écritures arabes pour faire de la calligraphie ^^

  • J-e

    Pardonnez mon hypothétique ignorance mais ne manque-t-il pas le J ?

    • Au XVIème siècle on compte 22 lettres. N’existent pas : J, V, W, pas plus que les accents, le tréma, la cédille, + peu de signes de ponctuation.

      En 1542, le grammairien Meigret propose d’allonger le i pour distinguer i et j correspondant à 2 sons différents. On écrivait alors iurer pour jurer.

      En 1548, Ervé Fayard a l’idée de distinguer u et v (ce dernier écrit comme une petite majuscule). On écrivait alors uiande pour viande ; Louis = (C)lovis.

      Ce n’est qu’en 1762 (4ème édition de son dictionnaire) que l’Académie a séparé i de j et u de v ; jusque là, les lettres étaient utilisées sans distinction, et seule la place dans le mot indiquait la prononciation. Les imprimeurs pourtant faisaient souvent la distinction au XVIème siècle, mais l’usage manuscrit restait archaïque au XVIIème.

      Le W a eu un sort contradictoire. Il était utilisé au Moyen Âge, après la réforme carolingienne, comme le Y. On l’utilisait dans les manuscrits picards, wallons, lorrains, + anglo-normands en Grande Bretagne. Il a été créé par redoublement du V, pour noter la semi-consonne germanique [w]. Pourtant, il est entré difficilement dans l’usage général, et les premières éditions du dictionnaire de l’Académie ne citent aucun mot en W, quoique dans l’usage on trouvât imprimé un double v, souvent graphié Uv au XVIIème. Les mots en W n’ont été isolés dans le dictionnaire qu’en 1878, la lettre étant encore définie comme étrangère. Le Robert, en 1964, est le premier à déclarer que le W est la 23ème lettre française.

      http://bbouillon.free.fr/univ/hl/Fichiers/Cours/orthog.htm

      • J-e

        Tout s’explique.

  • Chewbaccaa

    Les illustrations sont magnifiques !