Des illustrations de manuscrits d’alchimie

alchimie-illustration-Heinrich-Khunrath-01

L’alchimie est une discipline pseudo-scientifique qui recouvre un ensemble de pratiques et de spéculations en rapport avec la transmutation des métaux. L’un des objectifs de l’alchimie est la réalisation de la pierre philosophale permettant la transmutation des métaux, notamment des métaux « vils », comme le plomb, en métaux nobles, l’argent, l’or.

Un autre objectif classique de l’alchimie est la recherche de la panacée (médecine universelle) et la prolongation de la vie via un élixir de longue vie.

La pratique de l’alchimie et les théories de la matière sur lesquelles elle se fonde, sont parfois accompagnées, notamment à partir de la Renaissance, de spéculations philosophiques, mystiques ou spirituelles.

Des pensées et des pratiques de type alchimique ont existé en Chine dès le ive siècle av. J.-C. et en Inde dès le vie siècle. L’alchimie occidentale, quant à elle, prend vraisemblablement ses origines dans l’Égypte hellénistique des Ptolémées entre -100 (avec Bolos de Mendès) et 300 (avec Zosime de Panopolis).

L’alchimie s’est ensuite développée dans le monde arabe puis européen durant le Moyen Âge et jusqu’à la Renaissance. Jusqu’à la fin du xviie siècle les mots alchimie et chimie sont synonymes et utilisés indifféremment. Ce n’est qu’au cours du xviiie siècle qu’ils se distinguent, et que l’alchimie connaît une phase de déclin sans toutefois disparaître totalement, alors que la chimie moderne s’impose avec les travaux de Lavoisier.

Ces illustrations circulaires viennent du travail du médecin et alchimiste allemand de Heinrich Khunrath.
Il est surtout connu pour son traité alchimique Amphithéâtre de la sagesse éternelle dont la première édition a été publiée en 1595 à Hambourg.

Son titre complet en latin est : Yehovah elohim tseva’ot, totique, celestis exercitus spiritualis, militiae, proximo suo fideli, et sibimetipsi, naturae atque arti, Amphitheatrum sapientiae aeternae, solius verae : nec non virginum velut, ei a cubiculis atq[ue] secretis, castissimarum, quibus, in totius machina mundi, non sanctiores, non praestantiores ullae, puta, cabalae, magejae, alchemiae, dominae suae miraculosae, in oratorio & laboratorio, micro ac macrocosmice, artificio mirifico sapienter administrantium, secundum Christianae & philosophicae veritatis normam, a diabolicis sophismatum execrandorum, pro veritate sese falso substituentium, larvis fucatis, repurgatarum, Catholicaq[ue] dexteritate, ad archetypi exemplar reformatarum, primordialive simplicitati triuni, Catholicae, digne restitutarum, cabalisticum, magejcum, physicochemicum, tertriunum, Catholicon.

alchimie-illustration-Heinrich-Khunrath-02

alchimie-illustration-Heinrich-Khunrath-03

alchimie-illustration-Heinrich-Khunrath-04
Heinrich Khunrath peint dans son laboratoire par Hans Vredeman de Vries.

Le livre suivant en arabe a été publié par Izz al-Dīn Aydamir ibn ‘Abd Allāh al-Jaldakī probablement en Egypte dans les années 1300 et s’intitule « Le Livre de la preuve quant aux secrets de la science de la Balance ».
Il est composé en grande partie d’une théorie alchimique complexe de la Balance mais comporte aussi une classification des animaux, plantes et minéraux ainsi qu’un résumé des connaissances de l’époque en astronomie, physique, astrologie, etc.
[Source]

alchimie-illustration-arabe-al-Jaldaki-01

alchimie-illustration-arabe-al-Jaldaki-02

alchimie-illustration-arabe-al-Jaldaki-03

alchimie-illustration-arabe-al-Jaldaki-04

alchimie-illustration-arabe-al-Jaldaki-05

alchimie-illustration-arabe-al-Jaldaki-06

alchimie-illustration-arabe-al-Jaldaki-07

Ce livre provenant de la collection de manuscrits à propos de l’alchimie et l’ésotérisme assemblée par le canadien Manly Palmer Hall au début des années 1900 contient juste des illustrations géométriques en couleur sans une seule ligne de texte.

alchimie-illustration-manly-palmer-hall-geometrie-couleur-01

alchimie-illustration-manly-palmer-hall-geometrie-couleur-02

alchimie-illustration-manly-palmer-hall-geometrie-couleur-03

alchimie-illustration-manly-palmer-hall-geometrie-couleur-04

alchimie-illustration-manly-palmer-hall-geometrie-couleur-05

alchimie-illustration-manly-palmer-hall-geometrie-couleur-06

alchimie-illustration-manly-palmer-hall-geometrie-couleur-07

alchimie-illustration-manly-palmer-hall-geometrie-couleur-08

alchimie-illustration-manly-palmer-hall-geometrie-couleur-09

alchimie-illustration-manly-palmer-hall-geometrie-couleur-10

F. de La Rose-Croix, publié anonymement aux alentours de 1700, apparemment obsédé par le 4 :

alchimie-illustration-Rose-Croix-01

alchimie-illustration-Rose-Croix-02

alchimie-illustration-Rose-Croix-03

alchimie-illustration-Rose-Croix-04

alchimie-illustration-Rose-Croix-05

Les Vaisseaux D’Hermes, toujours anonyme et dans les années 1700 :

alchimie-illustration-vaisseau-hermes-01

alchimie-illustration-vaisseau-hermes-02

alchimie-illustration-vaisseau-hermes-03

alchimie-illustration-vaisseau-hermes-04

alchimie-illustration-vaisseau-hermes-05

Une note tapée à la machine et insérée à la fin du livre dans je ne sais pas quelles conditions explique ce que l’on doit y voir :

alchimie-illustration-vaisseau-hermes-06

Des explications très géométriques venant d’ici :

alchimie-illustration-geometrie-01

alchimie-illustration-geometrie-02

alchimie-illustration-geometrie-03

alchimie-illustration-geometrie-04

alchimie-illustration-geometrie-05

alchimie-illustration-geometrie-06

alchimie-illustration-geometrie-07

alchimie-illustration-geometrie-08

Un livre d’alchimie de 1550 publié à Francfort qui s’intitule « Le Rosaire des Philosophes » :

alchimie-illustration-rosaire-01

alchimie-illustration-rosaire-02

alchimie-illustration-rosaire-03

alchimie-illustration-rosaire-04

alchimie-illustration-rosaire-05

alchimie-illustration-rosaire-06

Des concoctions diverses :

alchimie-illustration-concoction-fiole-chimie-01

alchimie-illustration-concoction-fiole-chimie-02

alchimie-illustration-concoction-fiole-chimie-03

alchimie-illustration-concoction-fiole-chimie-04

alchimie-illustration-concoction-fiole-chimie-05

alchimie-illustration-concoction-fiole-chimie-06

alchimie-illustration-concoction-fiole-chimie-07

alchimie-illustration-concoction-fiole-chimie-08

alchimie-illustration-concoction-fiole-chimie-09

alchimie-illustration-concoction-fiole-chimie-10

Les Ripley Scrolls :

George Ripley (c. 1415 – c. 1490) est un alchimiste anglais du xve siècle.
Parmi les œuvres attribuées à George Ripley on trouve des rouleaux manuscrits, richement illustrés, et décrivant la recherche de la Pierre philosophale, appelés Ripley Scrolls. Une vingtaine sont aujourd’hui connus, au Royaume-Uni et aux États-Unis. Les illustrations de ces manuscrits sont similaires, avec des variations pour quelques exemplaires. L’usage qui était fait de ces rouleaux n’est pas connu, et si des vers de Ripley sont généralement (mais pas toujours) utilisés sur ces manuscrits, rien n’indique qu’il ait été impliqué dans leur fabrication. On ne sait pas quel a été le ou les originaux, ni s’ils font partie des rouleaux aujourd’hui conservés.

Ripley_Scroll-alchimie   ripleyscroll-2

La Cabala Mineralis :

Cabala-Mineralis

D’autres illustrations provenant de divers traités d’alchimie :

alchimie-illustration-divers-01

Manly Palmer Hall collection of alchemical manuscripts, 1500-182

alchimie-illustration-divers-03

alchimie-illustration-divers-04

alchimie-illustration-divers-05

alchimie

alchimie-illustration-divers-06

  • MLK

    Chouette, de l’alchimie dans la Boîte ! Fulcanelli et Nicolas Flamel ne sont pas loin…

    « Visita Interiora Terrae Rectificando Occultum Lapidem »

  • Merci pour ces beaux visuels ! :)

    Par contre, quelques précisions s’imposent : l’alchimie n’est pas « pseudo-scientifique », c’est juste une autre voie. On parle plutôt de science hermétique. Par ailleurs, l’alchimie n’est pas un erzatz de la chimie ni même réellement son ancêtre. C’est un chemin différent qui prend en compte des choses comme l’âme, l’astrologie, l’astronomie, la phytothérapie, la lithothérapie, et j’en passe, et qui se base sur l’observation.

    Enfin, rappelons par ailleurs que Paracelse, médecin et alchimiste de renom du 13ème siècle, avait justement grâce à l’alchimie 5 siècles d’avance sur les médecins qui lui étaient contemporains. Son savoir oublié (celui commun à la médecine scientifique) n’a été redécouvert qu’au 18ème siècle par des médecins de formation « classique ».

  • Dicamion

    Ah merci la boite, je cherchais l’ingrédient qui me manquait dans ma liste pour fabriquer la pierre philosophale.

    Un de vous vend du plomb?