Ces diableries en stéréoscopie de 1860 offrent une vision de l’enfer en 3D

Ces cartes stéréoscopiques publiées en 1875 montrent une vision de l’enfer où les squelettes s’amusent et font la fête dans des scènes truculentes.

Elles ont été créées par François Benjamin Lamiche et Adolphe Block qui ont fait fabriquer par des sculpteurs des petits dioramas d’argile avant de les photographier.

La stéréophotographie était populaire à l’époque, en plaçant les cartes avec deux images légèrement décalées pour simuler la parallaxe des yeux dans un appareil spécifique on pouvait voir les scènes en trois dimensions.

Vous pouvez aussi remarquer que certaines images sont en couleur et d’autres en noir et blanc. Il ne s’agit pas de séries différentes de cartes, mais d’une technique de l’époque qui plaçait un papier tissu semi-transparent coloré au dos de la carte, ce qui lui permettait de prendre des couleurs quand on les regardait en contre-jour, face à une lumière :

Le dos d’une de ces cartes

Plus que de simples scènes humoristiques où les squelettes se comportent encore comme des vivants, une partie de ces cartes offraient une critique satirique sur la haute société et de ses mœurs à l’époque.

Un livre qui reprend les 183 images, en plusieurs séries, similaires connues a été publié il y a quelques années :

Diableries : aventures stéréoscopiques en enfer : Avec un stéréoscope à monter soi-même

de: Brian May, Denis Pellerin, Paula Richardson-Fleming

éditions: Editions de la Martinière

prix: 46,95€

(1)
Aller voir