Des sculptures surréalistes dans de simples madriers de construction

Morgan Herrin a choisi un matériau très modeste pour ses grandes sculptures surréalites et spectaculaires : des madriers de construction.

Il lui faut jusqu’à un an de travail pour produire une de ses pièces.

Il déclare, à propos de son grand chevalier sans titre :

« C’est le produit du mélange de deux sujets : une armure du 15ème siècle et la structure d’une grotte. Étudiés séparément, ces deux sujets n’ont rien à voir l’un avec l’autre. la précision de la réalisation humaine est l’opposé formel des structures fluides et organiques des stalactites et stalagmites. Ensemble, ces deux parties présentent un contraste saisissant et créent une réflexion sur le temps et les effets de la nature. […] Les oeuvres sont rendues entièrement en bois contrecollé par l’assemblage de madriers de 5x10cm de section, le matériau en lui même vient apporter un contraste irrévérencieux à l’allusion classique et en même temps vient attirer l’attention sur la façon dont notre culture compte sur le rapide, le pas cher et l’impermanent. »

On peut voir plus du travail de Morgan Herrin chez Ada Gallery.