Des peintures de portraits paysagés

peinture-portrait-paysage-01

Lindsay Stripling est une peintre américaine qui réalise ces portraits minimalistes issus de ses souvenirs où les visages laissent place à des paysages.

peinture-portrait-paysage-02

peinture-portrait-paysage-03

peinture-portrait-paysage-04

peinture-portrait-paysage-05

  • Pompedeup

    Je pense que l’on consevra surement la portraiture des années 2010 par cette disparition du visage.
    C’est tres intriguant de constater que depuis 40ans et de facon plus marquée depuis 5-10ans, il semble exister ches les peintres une envie ou preference de creer un portrait qui perd figuration du visage pour y placer une image symbolique ou une image présentant l’état psychologique. Ca a démarré avec certains comme Frank Auerbach qui faisait distortion du visage et desormais les jeunes peintres le font de plus en plus naturellement. C’est formé de collages, de racines qui poussent, le visage fond, explose, est un ciel, est un paysage etc etc… Je me demande ce que cela pourrait bien indiquer/siginifier..

    • Dicamion

      Pourtant dans les années 90 zebda chantait  » mon visage est une page qu’on arrache pas, Je sais que je serais surtout pas. »
      Vous avez 4 heures, votre prose ne doit pas dépasser 5000 mots.

    • bastoon

      tout à fait d’accord avec toi Pompedup, c’est de plus en plus pregnant et un bon exemple de cette esthétique peut se retrouver de manière plus « diluée » dans le générique de True Detective, où le visage devient

      c’est çà le mystère du XXIeme

    • kojihuko

      C’est a mon avis une anthropomorphisme de la nature, donner une identité à la nature qui devient une entité de plus en plus importance face à l’inquietude qu’on a envers du devenir de la planète. Une sorte de retour au paganisme. Non?

    • Mathieu

      Ne serait-ce pas la réaction contraire à notre société de plus en plus narcissique ou le visage prend une toute autre importance et une toute autre manière d’exister ?