Les mères cachées des portraits anciens

Pour pouvoir photographier des enfants qui ont tendance à bouger à l’époque où la photographie nécessitait des poses longues, leur mère les maintenaient en place mais se cachaient, souvent sous un drap, de façon à ne pas être sur la photo.

  • Voila un technique quel est bonne !
    Je sais pas si j’oserai la mettre en pratique, mais j’y penserai …

  • Itsmil

    on a retrouvé l’origine de l’invention de la burqa :)

  • à peine grillées…

  • Vu derrière les rideaux !

  • Fred

    Enorme!
    J’adore aussi les petites retouches de rose sur les joues des enfants.

  • Elles sont pas toutes très bien cachées. Bizarre comme idée quand même.

  • klear

    c’est limite flippant ces présences mal cachées sans corps visible.

    • Kent

      Complétement d’accord. On se croit devant les photos du film les autres….

  • On ne voit pas les mères mais on voit à la place des fantômes !

  • ça c’est la classe su les photos de familles

  • Skorps

    Ils auraient du faire pareil en cachant les profs sur les photos de classe.

    • Oh que oui ! (je parle en connaissance de cause)… C’est un calvaire d’être photographié une fois par an, de se voir vieillir chaque année, de voir les différents lokks… et de savoir que plus tard nos ex élèves regarderont les photos en disant ‘tu te souviens de la mère Muche ? elle est morte maintenant! » :)
      Sinon, moi aussi je trouve ça flippant, les mamans fantômes !

  • Boot

    Wai je pense que c’était plutôt les bonnes qui tenaient les enfants et qui du coup étaient priées de ne pas apparaitre sur les phot des bambins!

  • Jean-François

    mais en quoi cela aidait à tenir les enfants tranquilles? Que leurs mères soit dissimulées sous un drap?

    • On ne le voit pas : un bras de la mère est planté dans le cul de l’enfant.

      • pH

        Cet éclat de rire surprise !

  • Hey ! sur la 5ème, c’est un homme !

  • Personnellement je pencherais plus pour des nourrices que des mamans. Ça expliquerais leurs présence sur des photos à une époque où cela coutais cher et où les poses étais longues mais où on avais surement pas envie d’avoir son domestique immortalisé.