John Snow a révolutionné la médecine avec cette carte

carte-john-snow-epidemie-londres-cholera-01

Jusqu’au milieu des années 1800 la médecine était dominée d’abord par la théorie des théories des humeurs, puis, par celle des miasmes, l’idée que les maladies sont propagées par un mystérieux « mauvais air » nocif.

Si quelques indices auraient pu mettre les scientifiques sur la bonne voie plus tôt, c’est à partir de 1847 que des découvertes s’enchaînent très rapidement pour amener à la compréhension du fonctionnement des microbes.

Le docteur John Snow, inspiré par son expérience clinique, évoque dès 1849 l’idée que les maladies se transmettraient par l’ingestion d’un « poison » et soupçonne l’eau de jouer un rôle important.

En 1854, alors qu’une épidémie de Choléra fait rage à Londres dans le quartier de Soho, il a l’idée révolutionnaire d’en faire une analyse statistique en prenant un plan et en notant dessus le lieu de résidence ou de travail des 578 victimes grâce à des barres noires perpendiculaires aux rues.

En regardant le plan, il s’est aperçu que le nombre de décès augmentait au fur et à mesure qu’on se rapprochait d’une pompe à eau publique située dans la Broad Street², identifiant ainsi la source de la contamination.

Une fois cette découverte faite il a enlevé le manche de la pompe et l’épidémie s’est éteinte dans la foulée.
Pendant longtemps on a cru que cette intervention en était la cause, mais avec les connaissances modernes on pense que la maladie avait de toute façon déjà atteint son pic et qu’elle aurait décliné naturellement de toute façon.

Le révérend Henry Whitehead confirma par la suite malgré lui que la pompe était la source de la contamination.
Persuadé que la théorie des miasmes était vraie il voulait prouver l’erreur de John Snow, mais ses investigations prouvèrent au contraire que le forage de la pompe passait à moins d’un mètre d’un puisard dans lequel on avait jeté l’eau sale ayant servie à laver la couche d’un bébé qui avait attrapé le Choléra ailleurs.

Avec ces travaux John Snow est un grand contributeur à la compréhension des microbes et est le père fondateur de l’épidémiologie.
Cette technique de cartographie statistique est encore utilisée de nos jours pour identifier le point d’origine des épidémies comme celle d’Ebola en Afrique ou du Choléra à Haïti.

carte-john-snow-epidemie-londres-cholera-02

Une anecdote amusante est que si vous regardez la carte attentivement vous pourrez constater une anomalie. Juste à côté de la fameuse pompe se trouve une brasserie où il n’y a eu aucune victime.
C’est dû au fait que les travailleurs avaient droit tous les jours à une ration de bière gratuite donc ils n’avaient pas besoin de boire de l’eau de la pompe à côté et en plus le processus de fermentation tue les bactéries de Choléra.

carte-john-snow-epidemie-londres-cholera-brasserie

En hommage à John Snow il y a de nos jours une statue de pompe sans manche et un pub qui porte son nom à l’emplacement² original :

John_Snow_pompe-statue_and_pub

2- Les nom des rues a changé, maintenant elle serait à l’intersection de Broadwick Street et Lexington Street.