Anatoli Bugorski a mis sa tête dans un accélérateur de particules

En 1978 il est arrivé un accident du travail pas banal à Anatoli Bugorski, un scientifique russe qui travaillait dans le plus grand accélérateur de particules soviétique.

Le 13 juillet, alors qu’il s’occupait d’une panne, un système de sécurité à mal fonctionné et lui a permis de mettre sa tête à l’endroit où un faisceau de protons passait à une vitesse proche de celle de la lumière.

Le faisceau traversa son crâne et son cerveau de son oreille gauche à son nez. Dans les jours qui suivirent, la moitié gauche de son visage enfla énormément et ses cheveux tombèrent à l’endroit où les protons l’avaient touché.

Après cette expérience il a décrit avoir vu « un flash plus lumineux que des milliers de soleils » mais n’a pas ressenti la moindre douleur.

Les docteurs qui l’ont vu ensuite pensaient qu’il avait reçu une trop forte dose de radiations et qu’il allait mourir dans les jours suivants, mais il survécut à la surprise générale.

Ses capacités intellectuelles n’ont pas été diminuées par l’accident bien que le travail mental le fatigua plus rapidement, il a perdu l’audition de l’oreille gauche, la moitié gauche de son visage a été paralysée par la destruction des nerfs, et il est parfois victime de crises d’épilepsie.

Les séquelles de son accident ne l’ont pas empêché de finir son doctorat, de continuer à travailler dans le milieu scientifique, de se marier, et d’être toujours en vie aujourd’hui.

Comme les Russes gardaient tout ce qui touchait au nucléaire secret, il n’a pas pu parler de son aventure avant les années 90.

Voilà un homme qui a mis sa tête dans le faisceau d’un accélérateur de particules et qui a survécu.
Si, comme moi, vous vous êtes déjà demandé ce qui se passerait si vous placiez votre main dans le LHC vous avez peut être enfin un début de réponse.

Sources : WikipediaWired